web 2.0

Le lait de vache n’est bon que pour le veau

L’Homme est le seul mammifère à se nourrir du lait d’une autre espèce.

Pourquoi continuons nous à boire du lait à l’age adulte?

Le lait de vache est-il vraiment adapté au bébé et à l’Homme?

De nombreuses recherches ont conduit les médecins, les hygiénistes, et les chercheurs, à soupçonner la nocivité du lait de vache et à le considérer aujourd’hui comme responsable de nombreuses pathologies.

La glorieuse réputation du lait de vache comme boisson fortifiante et reminéralisante par son calcium est entrain de chuter de son piédestal ancestral.

J’espère qu’après la lecture de cet article, vous détiendrez des arguments solides qui vous permettront de ré-estimer la qualité de vos choix alimentaires.

Une information de croissance inadaptée

Les hormones de croissance contenues dans le lait de vache sont destinées au veau. Imaginez une information de croissance spécifique au veau, par exemple, peser 200 kg à six mois, reçue dans l’hypophyse d’un nourisson qui, lui, dans le même laps de temps, ne doit peser que 7 à 8 kg !

Que va-t-il se passer?

Cette information qui ne correspond en rien au développement normal d’un bébé va dérégler le très sensible mécanisme du système hormonal. Quand bien même l’organisme humain serait malgré tout capable de s’adapter à cette mauvaise information, il le ferait au détriment d’autres fonctions s’étalant sur la vie entière de l’individu et même sur des générations.

Des réactions sont souvent constatées lors du sevrage passant du lait maternel au lait de vache ou au lait maternisés qui en sont composés.

La viande de bœuf ne pose pas ce problème car elle ne contient pas ces hormones de croissance.

Le lait de vache vous apporte t-il vraiment du calcium?

Nous trouvons dans le lait de vache, tout comme dans le lait maternel, du calcium.

Le problème, c’est que non seulement les besoins du bébé ou de l’homme en calcium sont différents de ceux du veau, mais surtout, le calcium contenu dans le lait de vache ne pourra en aucun cas être disponible à l’organisme humain.

En effet, les protéines spécifiques contenues dans le lait animal ont pour fonction de transmettre l’information nécessaire à l’élaboration de l’osséine (pour simplifier, c’est un filet sur le cartilage, qui retient les minéraux).

Le souci, c’est que ces protéines sont adaptées exclusivement au veau et sont donc complètement inopérantes sur l’être humain.

C’est pourquoi le bébé, l’enfant, ou l’adulte auront très peu d’osséine, et de ce fait retiendront mal les minéraux, d’où une déminéralisation progressive.

D’après les constatations de nombreux médecins et chercheurs, ces minéraux qui circulent dans le sang vont s’accumuler dans les tissus et les organes du corps, ceci entrainant kystes, indurations, becs de perroquet, et calculs.

Les produits laitiers contiennent beaucoup trop de calcium et de phosphore. Cet excès rend le magnésium quasi-inopérant, entrainant un apauvrissement des cellules nerveuses et musculaires avec tous les problème qui en suivent.  L’excès de phosphore engendre une hyper-parathyroïdie responsable de phénomènes de tétanie spasmophile.

Buvez du lait de vache, et faites le plein de mauvaises graisses !

Tandis que le lait maternel est essentiellement constitué d’acide gras poly-insaturés (omega-3 et omega-6), le lait de vache, lui, contient surtout des acides gras saturés à grosses molécules lipidiques qui sont difficilement digérées par le foie humain. Ainsi, le système biliaire se « fatigue » en essayant de dissoudre un produit incompatible avec le système digestif humain.

Les mauvaises graisses, qui ne seront donc pas correctement assimilées, vont se retrouver dans l’intestin grêle et passer dans le sang.

Chez le bébé, ceci à une importance majeure.

Les graisses ont une importance capitale pour le développement du cerveau et du système nerveux. Le cerveau de l’être humain ayant une croissance plus rapide que celui des autres mammifères, il est donc important de lui fournir des graisses de bonne qualité, c’est à dire insaturées, de provenance maternelle ou végétale.

Dans les faits, les bébés nourris au lait de vache présentent des foies plus gros que ceux nourris au lait maternel.

Lait de vache VS Lait maternel

Le lait maternel, biologiquement adapté au bébé, contient 50% de plus de lactose que le lait de vache.

Comme nous l’avons déjà vu dans l’article traitant de l’importance de l’allaitement maternel, les fonctions du lait maternel sont multiples:

  • énergétiques
  • assimilation des minéraux
  • constitution de la flore intestinale
  • protection contre les germes pathogènes

Aucun lait d’origine animale ne protège l’Homme contre les germes pathogènes et autres parasites. Au contraire, ils en favorisent tous la prolifération par la modification du milieu digestif et intestinal qu’entraine véritablement leur absorption.

L’Homme a t-il le même système digestif que le veau ?

Afin de dégrader les protéines contenues dans le lait, l’estomac doit sécrété une « présure » (c’est une enzyme protéolytique).

Les chercheurs ont constaté que la présure du veau est cent fois plus puissante et active que la présure du nourrisson, et cela en rapport avec les molécules constituantes du lait de vache qui sont nettement plus grosses que celles du lait maternel.

C’est donc un effort considérable que nous demandons à notre foie pour dégrader une trop grosse molécule d’origine animale.

Le bébé fabrique sa présure (la rennine) jusqu’à l’age de 3 ans. Au sevrage la sécrétion cesse pour être remplacée par celle de la pepsine. Si nous forçons un bébé à boire du lait de vache après cela, son organisme sera forcé de fabriquer de la lactase pour digérer un aliment qui ne lui ai donc plus nécessaire et cela au détriment des autres fonctions organiques. La lactase permet de dédoubler le lactose en glucose et galactose, en trop grande quantité, elle est responsable de gazs et de ballonements.

Et le fromage ?

Dans la fabrication de certains fromages, et plus spécialement les fromages de Hollande, l’ajout de conservateurs (polyphospates, nitrates), est très dangereux pour la santé de l’Homme.

Les polyphospates ont une action inhibitrice sur la fixation du calcium, d’où le nombre croissant de personnes atteintes de spasmophilie chez les consomateurs de fromage et de produits laitiers.

Il faut donc se méfier de la fausse information concernant l’apport en calcium des laitages.

Le lait de vache n’est plus ce qu’il était

Aujourd’hui, les vaches sont de plus en plus nourries avec des aliments forcés, trafiqués, bourrés d’additifs afin de stimuler la lactation et donc le profit, avec une dose systématique d’antibiotiques et de vaccins.

De plus, des œstrogènes (hormones sexuelles féminines) sont retrouvés en grande quantité dans le lait de vache. (étude du Pr Brayan à Cambridge)

Les hormones contrôlent de nombreux processus de notre organisme et ceci grâce à un dosage infime et extrêmement bien réglé.

Le Dr Regina Schoental souligne que l’exposition à l’action des substances œstrogéniques est la cause principale des cancers des organes génitaux.

Des phyto-oestrogènes (oestrogènes d’origine végétale) sont naturellement produits par les végétaux. Cependant, les fongicides répandus sur l’herbe encouragent fortement leur production. Après ingestion, les œstrogènes s’accumulent dans les tissus graisseux de l’animal et arrivent dans le lait.

L’équilibre acido-basique

Je traiterai ce sujet important dans un prochain article.

La consommation de lait de vache, comme le stress, est une des causes de l’acidose tissulaire.

L’acidose tissulaire fragilise les tissus conjonctifs (peau, ligaments …) et est donc fortement en relation avec de nombreux troubles comme les tendinites récidivantes.

Finalement…

La consomation de lait de vache est une mauvaise habitude.

Bien que des individus ayant un fort potentiel vital ne développeront pas précocement de troubles, je suis sûr que d’autres trouveront grâce à cet article des réponses à leurs problèmes.

Acceptez de faire l’expérience pendant 2 ou 3 semaines,ou même quelques jours. Voyez si vos symptômes se modifient et prenez ensuite votre décision.

Pour ma part, j’ai toujours souffert de tendinites chroniques, et lorsque j’ai appris que le grand bol de lait de vache que je prenais chaque matin y était peut-être pour quelque chose, j’ai tenté l’expérience.

Je ne bois plus de lait de vache depuis 5 ans car l’expérience à été plus que convaincante.

J’ai remplacé le lait de vache par du lait d’avoine, d’amande, de soja, et de riz, et j’ai diminué ma consommation de produits laitiers.

Savez-vous que l’eau minérale contient quasiment la même quantité de calcium que le lait de vache? La prochaine fois, regardez les étiquettes, vous serez certainement surpris.

Les produits laitiers, fromages en tête, ne sont pas la seule source de calcium. D’autres aliments en contiennent, comme le poisson, les oléagineuses (tournesol, sésame…), les légumineuses (soja…), les noix, les légumes verts (persil, épinard, fenouil, brocoli, haricot vert…), de nombreux fruits (cassis, orange, groseille, mûre, etc.) et la majorité des eaux minérales.

Enfin, pour les nourrissons, bien que certains laits comme celui de soja soient déconseillés avant l’age de 4 mois, il existe maintenant des laits 100% biologiques adaptés à leur transite intestinale.

Si vous avez tenté l’expérience, n’hésitez pas à me laisser votre témoignage dans les commentaires ci-dessous :-)


Starenkyj, Danièle, Le bébé et sa nutrition, Orion (1990)
Kushi, Michio, Le livre de la macrobiotique, Ed. Guy Trédaniel (1980)
Anne Laroche-de Rosa, Lait de vache: blancheur trompeuse, Ed Jouvence (1998)

Ces articles devraient également vous intérésser:

44 réponses à “Le lait de vache n’est bon que pour le veau”

  1. Anne-lise dit :

    Bonjour Geoffrey

    Ouwaaa ! C’est hallucinant et très inquiétant ce qu’on peut nous faire gober !!!

    Merci pour cet article fort intéressant qui va me faire changer mes habitudes ^^ Je suis une grande consommatrice de lait (le matin, à 4h et en hiver le soir aussi) et je ne m’étais jamais posée de question puisque tout ce que j’entends sur le lait (de vache) est positif mais après avoir lu votre article, je vais me mettre au lait d’amande, de riz … dont je ne connaissais même pas l’existence.

    Pour mon partage d’expérience : j’ai allaité mon fils jusqu’à ses 5 mois 1/2 (ensuite je n’avais plus de lait, donc obligé de passé au lait industrialisé et il est vrai qu’en 3 semaines de temps il a doublé de volume !

    Je voudrai bien lui donner du lait végétal mais je manque vraiment de connaissance … Il a 7 mois. Peut être pourriez-vous me renseigner où peut-être que c’est le sujet d’un prochain article ?

    @ bientôt,

  2. Bonjour Anne-lise :-)

    Merci pour votre commentaire.

    Je suis content que cet article ai pu vous faire prendre conscience des inconvénients du lait de vache, qui sont bien moins médiatisés que ses hypothétiques bienfaits ;-)

    Les autres laits comme ceux d’amande, de riz, de soja, d’avoine, et j’en passe, sont délicieux et ont de nombreuses vertus. Il faut varier les plaisirs !

    Comme je ne suis pas spécialiste sur ce sujet là, je vous ai trouvé un article qui détaille quelques laits adaptés aux nourrissons, c’est ici:

    http://www.femininbio.com/maman/allaitement/biberon-essayez-le-lait-bio-vegetal.html

    Vous trouverez d’autres avis sur google en faisant une recherche avec « lait biologiques végétaux » .

    Amicalement,

    Geoffrey

    • Anne-lise dit :

      Bonjour et merci Geoffrey

      J’ai lu l’article que vous me proposer et c’est super car il y a des ateliers de proposés :) Je vais me pencher sur le sujet !

      Encore merci de m’avoir ouvert les yeux grâce à votre article :)

      @ bientôt, Anne-lise

  3. Olivier dit :

    Bonsoir,

    Bel article bien synthétique sur le sujet de l’arnaque du lait de vache.

    Une autre référence bibliographique est le livre « Soyons moins lait » de Nicolas Le Berre et de Hervé Queinnec aux éditions Terre vivante (2007), avec de nombreuses recettes, montrant que l’on peut très bien s’alimenter sans consommer de lait.

    Il a été pour moi un révélateur pour ne consommer plus qu’exceptionnellement du lait de vache bio.

    Amicalement.

    Olivier

    • Bonjour Olivier,

      merci pour ce commentaire intéressant.

      Je vais acheter le livre que vous conseillez. Je crois qu’il est important de connaitre des alternatives à la consommation de produits laitiers afin d’aider ceux qui ont du mal à s’en éloigner ;-)

      Amicalement,

      Geoffrey

  4. L’on se rend compte que l’industrie agro-alimentaire et les producteurs nous feraient bien avaler n’importe quoi. Rappelez-vous de toutes ces publicités vantant les bienfaits du lait de vache riche en calcium! Pourquoi les tests scientifiques ne l’ont pas prouver plus tôt? à croire que la désinformation est la règle. Je crois aussi que les gens ne devraient pas attendre tout des études scientifiques. C’est parfois le bon sens qui peut nous dicter la bonne conduite. J’ai moi-même bu beaucoup trop de lait et de yaourts et j’ai décidé récemment de tout supprimer et je peux vous dire que je me porte beaucoup mieux!

    • aude oeleb dit :

      Juste une question : c’est une question saine de se dire que peut-être, l’industie agroalimentaire et les producteurs nous font avaler n’importe quoi…mais avoir l’esprit critique c’est aussi se poser la question « est-ce que mr Mille, peut-être, essaie de me faire avaler n’importe quoi »…

      J’avoue être sceptique, non par étroitesse d’esprit, mais je me demande pourquoi, si les produits laitiers sont si dangereux, les Hommes en consomment depuis des siècles (et donc bien avant le déveloement de l’industrie agroalimentaire) sans que cela ne produise quoi que ce soit sur leur santé? Merci à Mr Mille pour son éventuelle réponse.

      • Bonjour Aude et merci pour votre commentaire.

        Pendant plusieurs millions d’années, les précurseurs de l’homme, puis l’homo sapiens lui-même ont absorbé un seul lait, celui de leur mère, et cela que pendant la petite enfance.

        Au début de la domestication des espèces laitières (il y a environ 9 000 ans), les peuples pasteurs ne consommaient pas le lait des animaux. Ce lait était exclusivement réservé à l’allaitement des petits.

        Les peuples pasteurs consommaient la viande des animaux, utilisaient leur laine, leur peau ou leur fourrure, et très accessoirement les laitages, principalement sous forme caillée.

        La consommation du lait et de ses dérivés (beurre, fromage, crème, yaourt) fournis par différents animaux : chèvre, brebis, ânesse, jument, chamelle, dromadaire, bufflesse, yack, lama, renne, n’a jamais été très importante, et ces laits ne sont pas aussi indigestes pour l’homme que le lait de vache.

        En France, l’élevage remonte à 5000 ans, mais le lait de vache a longtemps servi essentiellement à nourrir les jeunes veaux.

        Les enfants humains tétaient leur mère ou une nourrice.

        S’ils buvaient un lait animal, c’était surtout celui de chèvre, de brebis, ou celui de jument qui est le lait se rapprochant le plus du lait humain.

        La sélection des vaches laitières est relativement récente et c’est seulement à partir du XIXème siècle, et surtout au cours des cinquante dernières années, que le lait de vache a pris la place stupéfiante qu’il occupe aujourd’hui dans la nutrition des enfants, mais aussi des adultes, et c’est au cours des 50 dernières années que la notion de « production » s’est imposée, obligeant l’éleveur à avoir recours à toutes sortes de méthodes (allant jusqu’à l’utilisation systématique des antibiotiques) pour augmenter la production laitière.

        Une vache « non trafiquée » ne donne que quelques litres de lait, et au maximum pendant 6 mois, après quoi le veau est sevré, et la vache ne donnera plus de lait jusqu’à la prochaine « portée ».

        De nos jours une « laitière » donne plusieurs dizaines de litres de lait par jour, toute l’année..

        J’espère que mon commentaire aura répondu à vos interrogations.

      • GIRAUD dit :

        Bonjour,
        Pour se rendre compte des bienfaits d’un alimentation sans lait de vache, le mieux est de tester !! Notre alimentation a une histoire liée à l’histoire. De part, les guerres, les périodes de famine …on a donné à certains aliments des vertus qui n’étaient pas froncement vrai, mais cela pour encourager la population à s’alimenter avec que qu’il y avait ! Ainsi, on a donné au lait de vache une place indispensable dans la croissance des enfants ! Comme on a toujours dit que les épinards étaient riche en fer…Aujourd’hui, on a la chance d’avoir fait des progrès scientifique qui nous révèle la valeur des aliments.

  5. Merci pour ton commentaire et témoignage Hélène.

    Les études scientifiques dans la publicité n’ont rien de scientifique, on sait déjà ce que l’on veut trouver et on oriente la recherche en fonction de cet objectif de résultat…

  6. Aurouet dit :

    Bonsoir
    Complètement d’accord,et aussi il est prouvé que les produits laitiers sont trop acide, et du coup le corps ira puiser dans les os, le calcium pour combattre cet acidité, les pays les plus gros consommateurs de produits laitiers sont les pays ou il y a le plus de cas d’ostéoporose, aussi il faut privilégier le calcium d’origine végétal qui est mieux absorber par l’organisme…et pour renforcer les os ne pas oublier que la contrainte musculaire est le plus éfficace pour renforcer les os ainsi que la vascularisation, alors bougez…..

  7. balmont dit :

    bonjour Geoffrey!
    merci pour vos voeux je vous les retourne en espérant que tout ira bien pour vous. Pour ma part il y a tres longtemps que j ai éradiqué le lait de vache! j’ai moi même nourris mes trois enfants jusqu’à 6 mois et cela me semblait logique que le lait de vache était conçu pour les veaux!!!
    Les enfants peuvent etre nourris au lait d amande ou de riz mais il est vrai que les personnes n ont pas l’information aussi nous sommes tout seul devant ces faits! salutations

  8. LECLERC RUDY dit :

    J’ai eu de l’exéma pendant 30 ans, et vu un grand nombre de spécialistes; j’ai eu la chance de connaitre un médecin qui ma dit de supprimer complétement les produits laitiers et en une semaine, je n’avais plus d’exéma. rudy

  9. Marie dit :

    Bonjour Mr Mille,

    merci pour ce bel article sur le lait (notre « ami pour la vie »… hum !).

    Ce qu’il faudrait maintenant, c’est expliquer aux mamans qu’allaiter n’est pas une « option » mais simplement ce que la nature a prévu pour notre espèce. Si les différents acteurs de santé publique aidaient les femmes à se réapproprier leur corps, à lui faire confiance, et ne leur disaient pas d’arrêter l’allaitement dès qu’elles doivent prendre un antibiotique, cela irait déjà beaucoup mieux. Beaucoup de désinformation sur le sujet, pas ou peu d’accompagnement réel des futures et jeunes mères, c’est navrant…

    J’ai allaité mes enfants jusqu’au sevrage naturel (4 ans et demi et 3 ans) et je n’ose pas en parler de peur de passer pour une militante ou une mère abusive.

    Mes enfants boivent du lait de vache le matin et/ou des laits végétaux (qui ne sont pas des « laits » mais des « jus », attention à ce que l’on dit ;-) ). Je suis consciente de ce que je fais au moins… par contre lorsqu’ils sont enrhumés ou grippés, ni une ni deux je supprime tous les laitages et en 48h ils sont rétablis.

    Concernant les références livresques, le livre de Thierry Soucard http://bit.ly/yVzFP3 finira de convaincre les plus sceptiques. Encore faut-il avoir assez de recul sur ce que l’on nous sert à la télévision..

    Merci encore à vous pour cet article.

  10. Merci Marie pour ton commentaire.

    Je trouve que les bienfaits de l’allaitement maternel sont tout de même au gout du jour.

    Aujourd’hui le système médical conseille aux maman d’allaiter si elles le peuvent.

    Cependant la barrière est maintenant sociale et beaucoup ne comprennent pas encore que certaines mères décident d’allaiter plus longtemps que les 3 petits mois conseillés par l’OMS.

    Pourtant, respecter la nature, comme vous l’avez fait, est toujours le bon choix.

  11. Julia dit :

    Et qu’en est il du lait de chèvre ? J’adore le fromage … =/

  12. Bonjour Julia,

    comme je l’ai signalé dans un commentaire ci-dessus, le lait de chèvre est plus « light »!

    On le conseille souvent en remplacement du lait de vache et c’est la même chose pour le fromage de chèvre.

    Cependant, il ne faut quand même pas en abuser.

  13. relax dit :

    Je tiens à préciser quelques points sur l’élevage laitier actuel.

    L’utilisation des antibiotiques pour les vaches n’est absolument pas sytématique. Cependant lorsqu’un trayon est ‘malade’, la vache reçoit une dose d’antibiotique (idem lorsqu’une personne a une angine, elle prend des antibio pendant une semaine).
    Pendant la période où la vache est traitée aux antiobio + quelques jours : son lait n’est pas collecté, il est directement jeté à la poubelle.
    Important : Les coopératives laitières qui effectuent la collecte du lait dans les fermes (avec camion réfrigéré)pratiquent systématiquement un contrôle des bacteries & autres mesures dans le réservoir de lait de l’eleveur. Si celui-ci contient une petite trace d’antiobiotique, il sera jetté.
    Pensez bien que l’éleveur a donc tout interet à jeter le lait de la vache malade en amont, plutôt que jetter la production de lait de l’ensemble de ses vaches après 2-3 jours (lors de la collecte du résevoir de lait)

    Concernant la production du lait :

    « Une vache « non trafiquée » ne donne que quelques litres de lait, et au maximum pendant 6 mois, après quoi le veau est sevré, et la vache ne donnera plus de lait jusqu’à la prochaine « portée ».
    De nos jours une « laitière » donne plusieurs dizaines de litres de lait par jour, toute l’année.. »

    ==> La nature est ce qu’elle est. Une vache ne donne pas de lait si elle n’a pas eu de veau : c’est toujours le cas !
    La production de lait est bien entendu importante juste après le vêlage puis décroit doucement dans les mois qui suivent, et ce jusqu’au prochain vélage.
    Attention : Les antibio ne permettent pas d’augmenter le nombre de litre de lait produits par vache !!
    On ne ‘traffique’ pas les vaches, c’est plutôt que l’on choisit des races qui sont réputées produire un nombre de litre de lait plus important, que celles qui étaient utilisées par nos grand-parents

    J’espère que cela pourra vous apporter un autre éclairage à ce sujet.

    • Merci beaucoup pour ton avis sur le sujet!

      Après avoir lu un rapport contenu dans le guide du Delvotest qui est très intéressant, je remarque que même si des normes et des tests existent, l’efficacité finale du contrôle actuel semble être remis en cause.

      La plupart des traitements utilisés en élevage laitier par voie intra-mammaire pour traiter les mammites sont des antibiotiques de la famille des Bétalactamines.

      En France un des traitements le plus fréquemment utilisé ne contient aucune Bétalactamine.

      Le lait issu d’une vache ayant reçu un traitement sans Bétalactamine ne sera donc pas détecté par certains tests « spécifiques Bêtalactames » mais il le sera, par contre, par les tests interprofessionnels !

      Le choix des tests semble donc être quelques fois inapproprié.

      De plus, certains traitements peuvent persister dans la mamelle près de 2 mois (en l’absence de traite) et ne sont finalement éliminés que via les premières traites du colostrum, puis du lait.

      Compte tenu de la complexité de ces faits, je doute que tous les éleveurs soit aussi irréprochables dans leur activité que la description que tu nous as donné.

      Je suis tout de même convaincu que la qualité du lait reste une priorité pour la majorité des éleveurs :-)

      Le problème vient certainement de quelques personnes, et des législations qui devraient certainement s’améliorer.

  14. Magali dit :

    bonjour,
    Pour avoir déclencher une polyarthrite à cause d’un vaccin contre l’hépatite (le vaccin, un autre problème où on fait plus de mal que de bien ! ) et après plusieurs années de traitement, une nutritionniste rencontrée lors d’une conférence m’a fait arrêter lait et gluten pendant 3 mois. le résultat a été fulgurant, je n’arrivais plus à marcher sans souffrir quand je l’ai rencontrée et en suivant son traitement la douleur a disparu… la conclusion se tire d’elle même ! j’ai voulu, au bout de ces 3 mois de sevrage où j’avais perdu 8 kg et « dégonflé », faire un écart (3 mois à rêver d’une pizza ! ) le résultat fut catastrophique, j’ai été malade …. et depuis chaque fois que je consomme du lait de vache ( à mon insu, vu qu’il s’en cache de partout ) je suis à chaque fois plus malade, limite du malaise….comme quoi je m’empoisonnais à petite dose chaque jour depuis des années !
    2 ans que je me sens mieux, fini la fatigue chronique,plus de douleurs et on a même éradiqué la maladie par un « anti vaccin » homéopathique….je revis !
    j’ai remplacé le lait de vache par du lait de chèvre et des laits végétaux par alternance, on s’y habitue très bien et très vite…
    par contre j’ai repris le gluten, pas de réaction violente mais je sens bien quand j’en consomme que je « regonfle », je suis ballonnée, je reprend du poid….mais c’est beaucoup plus contraignant à éliminer de son alimentation que le lait, il y en a partout même dans les produits où il ne devrait pas y en avoir (jambon, plat cuisiné…)
    mais plus ça va plus le bon sens me dit de manger autre chose quand je fait des pâtes à mon fils…
    En fait, plus nous nous disons civilisés et avancés, plus nous maltraitons notre corps, nous ne l’écoutons plus et nous nous laissons guidé comme des moutons par des industriels qui nous font avaler n’importe quoi tant que ça leur rapporte ! Je crois qu’une certaine conscience est en train de se réveiller, on ne veut plus d’OGM, d’huile de palme…il serait temps de prendre soin de notre planète et de nous.

    • Bonjour Magali.

      Merci beaucoup pour ton commentaire, ton témoignage est intéressant et tes propos sur le changement actuel de conscience collective très justes.

      Beaucoup de gens n’essaient pas de diminuer le lait de vache parce qu’ils ne connaissent pas les alternatives, mais comme tu le dis, je trouve les laits d’amande, de riz, d’avoine, de soja, etc, encore meilleurs. Tout est une question d’habitude!

  15. Monica dit :

    J’habite aux USA avec mon fils. nous buvons rarement du lait, surtout ici. Imaginez toutes les cochonneries qu’il doit y avoir en plus ici. Avec les ogm, etc etc etc… Mon fils a bien grandi quand meme, 1m84. Donc pas de lait, un peu de fromage, mais du francais importe… et il a de belles dents et tres bon au sport. :)
    Merci pour le bon article!

  16. Cécile dit :

    En tant que scientifique (chimiste et microbiologiste), je trouve assez inadaptée votre façon de traiter le sujet, de stigmatiser le lait de vache. Vous vous contentez d’énoncer des problèmes sans connaître ni même comprendre tous les mécanismes d’action du lait dans notre organisme. Si vous allez dans ce sens, nous ne devrions manger que des pilules nutritives pour éviter toute contamination et tout problème d’interaction aliment/corps humain. Le problème aujourd’hui à force d’éliminer des éléments consommés depuis des millénaires par l’être humain, donc des aliments que notre corps connaît bien, c’est que nous n’entraînons plus notre organisme à se défendre par lui même, nous le privons de certains éléments essentiels dont il se sert depuis longtemps, et de ce fait, nous devenons vulnérables aux attaques permanentes que nous inflige notre environnement.
    J’ajouterai bien évidemment que notre corps sélectionne par lui même les nutriments qui passent la barrière gastro-intestinale. Les nutriments peuvent entrer dans notre corps via des cellules épithéliales qui sélectionnent telles ou telles molécules. Le lait de vache est un élément nutritif important pour l’alimentation des jeunes (je ne parle pas de nourrissons ni d’adultes car il est en effet moins bien digéré par l’adulte(et je parle uniquement de digestion). Mais il contient des nutriments et des graisses importantes pour la croissance. Je vous conseillerais donc de ne pas éliminer le lait de votre alimentation, mais évidemment de ne pas en boire en excès, comme toute chose.
    Le sujet du fromage est également un sujet sensible, à l’heure actuelle, des études montrent que la pasteurisation rendrait les fromages moins bénéfiques pour la santé humaine. En effet, la présence de certaines bactéries dans le fromage aide à la digestion et à nos défenses naturelles.
    Je demanderais à l’auteur de cet article de citer ses sources, je parle évidemment de vraies sources scientifiques, ou de m’envoyer les documents sur lesquels s’est appuyé pour écrire ce post. Il ne faut pas croire tout ce que l’on expose, il faut aller chercher l’information là ou elle est la plus fiable et tout recouper en s’appuyant sur des éléments robustes. Il faut également vérifier la balance bénéfice/risque avant de montrer du doigt un aliment. Si vous saviez tout les produits nocifs que l’on mange grâce à nos amis industriels qui ont ajouté des molécules chimiques pour conserver ou rendre l’aspect visuel plus attrayant. Le lait n’est pas un vrai débat à l’heure actuelle, il est beaucoup plus sain et bon pour la santé qu’un paquet de carottes râpées tout préparé.
    Méfiez vous de ces articles qui ne disent que du mal d’un sujet, le monde n’est pas manichéen.

    Cécile

    • Enzo dit :

      Cécile, la logique même (que les lobbies du lait tentent d’effacer) voudrait que le lait de vache soit biologiquement adapté, car destiné, au veau, et le lait de femme au bébé humain.

  17. Fabrice dit :

    Etant très intéressé par le débat autour des produits laitiers, j’aimerais, comme l’internaute précédente, que les arguments pour ou contre puissent s’appuyer sur des études scientifiques sérieuses. Et si l’on peut évidemment douter des études « pour », qui pourraient être financées par des industriels mal intentionnés, n’y a-t-il pas un (ou des) universitaire(s) « indépendant(s) » qui aurai(en)t démontré tous les méfaits que vous décrivez ? Dans ce cas,je suis preneur des références. Merci d’avance.

  18. Bonjour Cécile,

    Merci pour votre commentaire et bienvenue ici.

    Je vois que vous avez lu l’article en diagonale ou que vous n’avez pas lu tous les commentaires précédents.

    Je vais tout de même tenter de vous répondre objectivement.

    Cécile: « Si vous allez dans ce sens, nous ne devrions manger que des pilules nutritives pour éviter toute contamination et tout problème d’interaction aliment/corps humain. »

    Cette idée va complètement à l’encontre des idées présentées dans ce blog. Cet article indique d’ailleurs des aliments naturels qui peuvent remplacer le lait de vache.

    Cécile: « Le problème aujourd’hui à force d’éliminer des éléments consommés depuis des millénaires par l’être humain »

    Comme vous pouvez le lire dans mon commentaire détaillé du 20 septembre, la consommation du lait de vache est relativement récente et nous sommes très loin des millénaires.

    Cécile: « Le lait de vache est un élément nutritif important pour l’alimentation des jeunes (je ne parle pas de nourrissons ni d’adultes car il est en effet moins bien digéré par l’adulte(et je parle uniquement de digestion). Mais il contient des nutriments et des graisses importantes pour la croissance. »

    De nombreuses études menées par des médecins et des professeurs vous contredisent et justifient tous les arguments que j’ai avancé dans cet article.

    Mon but n’est ni de dévoiler tout le contenu de mes sources, ni d’alourdir et de rendre illisibles mes écrits par ces études. J’ai cependant cité quelques-unes de mes sources à la fin de l’article. Vous y trouverez des dizaines d’études scientifiques qui vous intéresseront certainement.

    Des recherches sur google vous permettront également de trouver des études comme celle-ci sur Pubmed, un site très sérieux que vous connaissez certainement:

    Novembre 2004 Dans « American Journal of Clinical Nutrition », Vol. No 5, 1353-7.

    « Plus d’un verre de lait par jour doublerait le risque de cancer de l’ovaire : Une récente étude épidémiologique menée en Suède rapporte que le lait et les produits laitiers pourraient être en cause dans l’apparition du cancer de l’ovaire chez les femmes. »

    Source: Milk and lactose intakes and ovarian cancer risk in the Swedish Mammography Cohort
    http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15531686?dopt=Abstract

    Cécile: « Mais il contient des nutriments et des graisses importantes pour la croissance. »

    Le lait humain contient des acides gras poly-insaturés essentiels pour le développement du cerveau et du système nerveux de l’enfant, alors que le lait de vache, lui contient essentiellement des acides gras saturés à grosses molécules lipidiques nocifs pour la santé de l’être humain.
    Le foie et le système biliaire se fatiguent pour tenter de dissoudre un produit incompatible avec le système digestif. Il est important de savoir que le lait de vache a la propriété de fixer les toxines déjà présentes dans le corps et principalement celles qui viennent s’y ajouter par l’alimentation. C’est pourquoi lors d’une maladie aiguë ou chronique (grippe, angine infection) il est indispensable de supprimer tous les produits laitiers afin d’accélérer la guérison. De plus, les graisses qui ne sont pas éliminés seront absorbées au niveau de l’intestin grêle, passant ainsi dans le sang, ce qui est particulièrement nocif.

    Les graisses ont une importance capitale pour le développement du cerveau et du système nerveux. Le cerveau de l’être humain ayant une croissance plus rapide que celui des autres mammifères, il est donc important de lui fournir des graisses de bonne qualité, c’est-à-dire insaturées, et de préférence de provenance maternelle.
    (source: L’Alimentation, ou la troisième médecine)

    Fabrice j’espère vous avoir également répondu, vous trouverez toutes les études sur internet ou au mieux dans les livres cités.

    Amicalement,

    Geoffrey

  19. Benoit dit :

    Lors d’une visite chez le dentiste, celui-ci a vu que j’avais des plaques rouges sur le visage et m’a suggéré de cesser un temps la consommation de produits laitiers et voir si ça s’améliore.

    Pour tester, j’ai suivi ses conseils et bien m’en a pris.

    Après une semaine, plus de plaques rouges sur le visage.

    Après 2 semaines, un mal à la hanche récalcitrant a nettement diminué.

    Il ne m’en fallait pas plus pour comprendre que les produits laitiers n’étaient pas mes amis.

    Depuis je ne consomme plus de produits laitiers et je conseille de faire le test rigoureusement au moins une semaine.

    Oui j’aime le fromage, et oui je me prive de mêts que j’affectionne, mais oui je me sens mieux maintenant.

    Entre un plaisir immédiat et les gênes occasionnés j’ai fait mon choix.

    A vous de faire le vôtre.

  20. jenny dit :

    Bonjour Geoffrey,

    Un grand bravo pour cet article « ciselé à l’or fin » mais aussi un article très « épicé »
    Sur conseil de mon naturopathe, mes enfants ne consomment aucun produit à base de lait de vache et s’en portent très bien.
    Rien de plus logique que le lait de vache soit approprié uniquement au veau tout ce baratin autour de l’importance de consommer des produits laitiers n’est que dans le but d’enrichir une fois de plus nos chers industriels !
    Cependant je m’aperçois qu’il y a quelques mois maintenant que tu n’as plus publié…Dommage…

    • Bonjour Jenny et merci pour ton message :-)

      J’avoue avoir mis en pause ce blog car je tiens à jour d’autres sites et que la fin de mes études m’a pris pas mal de temps.

      Cependant je prépare depuis plusieurs mois un nouveau blog qui sera tenu à jour régulièrement avec uniquement des articles comme celui-ci. Je te tiendrai au courant ça va arriver très vite :-)

      PS: je viens de répondre à ton mail !

  21. Bel article, bien détaillé.

    Une récente étude démontre que c’est en Suède (le pays d’Europe où l’on consomme le plus de produits laitiers) qu’il y a le plus fort taux d’ostéoporose !

    Et dans les pays asiatiques qui n’en consomment pas du tout, on ne connait pas l’ostéoporose !!

    Tout est dit !!!

    Sans compter les nombreux polluants chimiques, pesticides, résidus médicamenteux et d’hormones que l’on trouve dans le lait de vache.

    Regardez les nombreuses conférences vidéos du Professeur Henri JOYEUX sur YouTube qui est un éminent chirurgien cancérologue, mais surtout un très grand nutritionniste.

    Mes enfants n’en consomment pas, et se portent bien mieux que la plupart de leurs camarades de classe enrhumés et grippés à longueur d’année !

    Personnellement j’ai totalement arrêté il y a déjà pas mal de temps, et les résultats sur mon état général sont tout simplement exceptionnels.

  22. Papytom dit :

    Bonjour ,
    je souffre de polypes naseaux depuis 10 ans et rien ne me soulage durablement .
    Etant un gros consommateur de produit laitier ,je me suis souvent demandé si le lait de vache ne pouvait pas provoquer, chez nous , certains dérèglements .
    Je vous prends au mot et commence des demain l’arrêt du lait de vache .
    Je vous dirai si cela ma changé ma vie .
    merci et à bientôt

    • Bonjour Papytom,

      Bravo pour votre initiative d’arrêter le lait. Mais il faut pour avoir de vrais bons résultats arrêter totalement les produits laitiers de vache.

      Lait, fromage, yaourts, beurre, crème, glace, chantilly, sauce béchamel, chocolat, ainsi que les biscuits et certaines pâtisseries qui contiennent souvent du lactose et des protéines de lait.

      D’ici quelques semaines vous allez voir votre état général s’améliorer.

      Bon courage et surtout, tenez-nous au courant des changements que vous allez observer.

      Amicalement,

  23. Franck dit :

    Bonjour

    Je trouve que vous postez des articles contradictoires, dans celui ci, vous considérez le lait comme néfaste, je suis de votre avis après avoir lu lait mensonge et propagande, cependant dans d autres articles, comme celui sur le beurre ou le petit déjeuner, vous conseillez la prise de lait, paradoxal non ?

    • En nutrition, tout n’est ni blanc ni noir, chaque personne peut tirer d’un même aliment plus de bénéfices ou plus de méfaits, à vous de tester.

      Pour le lait, il vaut mieux le réduire au minimum, et ne consommer que du lait de qualité (non industriel).

      Pour le beurre, si il est choisi bio et de pâturage, il a d’énormes qualités, par exemple :

      – sa teneur en acide butirique (anti-inflammatoire, et protecteur du système digestif)
      – sa teneur en vitamine K2 (qui est difficile à trouver dans notre alimentation moderne)
      – sa teneur en bonnes graisses, qui permettent d’améliorer la combustion des graisses, et d’augmenter la satiété

      Geoffrey

  24. Bonjour, Geoffrey et merci pour cet excellent article.
    Je projetais justement d’écrire ultérieurement un article sur ce même sujet sur mon blog.

    Je suis heureux de trouver quelqu’un qui ait cet avis sur la consommation du lait de vache car je le partage à 200 %.
    Pour ma part, j’ai pris conscience il y a 3 ans (en débutant une formation en naturopathie) que le lait de vache était nocif pour nous.
    Il est en effet prévu uniquement pour l’alimentation du veau et non pour l’Homme.
    En faisant un jeu de mots, nous pouvons même dire qu’il est « une belle vacherie » pour l’Homme.

    Comme vous l’aurez compris, tout ce qu’on essaie de nous faire « gober » depuis des décennies quant aux bienfaits du lait de vache n’a jamais pris en considération notre santé mais bien la santé financière de gros lobbies industriels !

    Pour information : des études scientifiques sérieuses ont démontré que les végétariens avaient des os beaucoup plus solides (avec plus de calcium) que les consommateurs de lait de vache.

    Lorsque j’ai découvert tout çà, j’ai supprimé le lait de vache à la maison pour le remplacer par des laits végétaux bio.
    Nous en avons essayé plusieurs : d’abord, le lait de soja (bon mais contient plus de graisses que d’autres laits végétaux) ; ensuite le lait d’amande, le lait d’avoine (très bon pour le système cardio-vasculaire).
    Finalement, nous consommons actuellement du lait de riz.

    Pour finir, je me souviens également des questions de mon ostéopathe il y a quelques années, lorsque je souffrais d’arthrite. Il me demandait notamment si je consommais beaucoup de lait de vache. A l’époque, c’était mon cas.
    Il m’a alors répondu : « ne cherchez pas plus loin ! ».
    Environ 3 semaines après avoir réduit de 80 % sa consommation (remplacé surtout par du lait de chèvre), mes problèmes d’arthrite on disparu ! Etonnant, non ?

  25. Nina06 dit :

    Bonjour,

    Concernant l’apport de calcium, vous conseillez de consommer des eaux minérales. Or, toutes les eaux minérales ayant une forte teneur en calcium ont aussi une forte teneur en sulfate qui inhibe l’absorption du calcium…
    Ayant une ostéopénie, je ne sais plus à quel saint me vouer en lisant toutes ces informations contradictoires sur ce qu’il y a lieu de consommer pour éviter l’ostéoporose.
    Peut-être une alimentation asiatique comme le suggère Jean-Charles Weber. Mais par gôut, je préfèrerais manger européen ! Alors si une personne a la solution, je la remercie par avance.

  26. Vinc dit :

    Très bon article, très accessible en étant quand même détaillé. A l’heure d’aujourd’hui je me demande pourquoi on essaye de nous faire croire que c’est toujours bon pour nous….en tout cas article super clair !
    Bravo

  27. Bonjour,

    Le rôle premier de l’eau est de vous hydrater et de vous aider à éliminer les toxines accumulées. Pas de vous reminéraliser. Les eaux minérales contiennent trop de minéraux qui vont vous apporter d’autres problèmes et fatiguer vos reins en leur donnant un surcroit de travail !

    Il faut boire de l’eau pure. Elle s’obtient avec un osmoseur, ou à défaut achetez de l’eau du Mont Roucous, ou de la Volvic qui font partie des eaux les moins minéralisées.

    Je consomme de l’eau pure osmosée depuis plus de trente ans et pas de produits laitiers de vache, et je ne manque pas de calcium !! Ni mes enfants d’ailleurs !!!

    Voilà une liste non exhaustive des aliments les plus riches en calcium à part le lait de vache :

    Les algues wakamé
    Les amandes, noisettes, noix…
    Le tofu
    La cannelle
    Le thym
    Les graines de sésame
    Les sardines à l’huile d’olive
    Les pommes
    Le roquefort
    Le curry en poudre
    Le poivre
    Le gingembre
    Les crevettes
    Les langoustines, bigorneaux, maquereaux, anchois, crabes…
    Le persil
    Le cresson
    Les céréales bio pour petit déjeuner
    Le sel de Guérande
    Le citron
    Les figues séchées
    Certains poissons comme la sole, le bar, les sardines,
    Epinards
    Haricots verts
    Brocolis

    Vous n’êtes pas obligé de manger asiatique, mais mangez beaucoup de fruits et légumes de préférence bio. Buvez de l’eau pure, et mangez souvent les aliments de la liste ci-dessus.

    Je vous souhaite une très bonne santé

    Amicalement,

  28. Merceron dit :

    Bonjour
    je viens de parcourir ce post et je retrouve parmi tous ces témoignages des réponses aux différentes questions que je me posais!
    Depuis deux ans je traîne des tendinites récalcitrantes, épicondylite à gauche puis à droite, douleurs diverses aux articulations, ce qui commençait à me démoraliser! je fais de la kiné depuis trois mois pour essayer de vaincre et guérir de ses douleurs qui me gâchent la vie. J’ai fais des recherches via internet pour comprendre et avoir des réponses car quand on en parle aux médecins ils ne comprennent pas d’où viennent ces tendinites , à part de mettre en cause le travail répétitif, des tendons vu notre mode de vie
    Sous les conseils de mes sœurs, j’ai commencé un régime sans lactose ou du moins presque, je garde quelques fromages tel que cheddar et chèvre sous le coude pour mon apport en calcium, cela fait 15 jours que j’ai commencé, et je dois dire que les douleurs si elles ne sont pas parties sont stabilisées, mais j’éprouve un confort intestinale incomparable à ce que je n’ai pas eu depuis longtemps, très longtemps!
    moins de ballonnements, perte progressive mais visible de jour en jour de ma petite bouée que j’ai depuis quelques années, suite à différentes opérations pour les intestins et aussi ovaires (que je n’ai plus) (kyste aux deux)et je comprends mieux maintenant pourquoi tant de souffrances et d’ennuis de santé depuis mon enfance, et j’ai 56 ans, pour vous dire le ras le bol !
    Enfant je ne supportais pas et étais malade avec le lait, et étais sujette aux « crises de foie » comme on appelait ça avant, je n’ai plus de vésicule biliaire et 30 cm d’intestins en moins! si j’avais su plus tôt et été informée que cela pouvait venir de ces fameux produits laitier car le lait je l’ai toujours bannis de mon régime, il y a longtemps que j’aurais commencé ce régime,,,, mais comme beaucoup j’étais septique et je n’y croyais pas, vu qu’on nous dit que nous devons consommer du calcium pour les os etc……Merci et encore merci en espérant que mes douleurs tendineuses se calmes et disparaissent, je vous tiendrai au courant :)

    • Merci pour votre témoignage !

      Concernant l’apport en calcium, les produits laitiers sont loins d’être indispensables.

      D’une part, les apports recommandés sont largement surestimés, et d’une autre part, des tas d’aliments contiennent beaucoup de calcium (légumes verts, amandes, sardines,…) beaucoup plus assimilable que celui contenu dans les produits laitiers.

      Le calcium est un faux problème, c’est surtout sur la Vitamine D qu’il faut focaliser. Vous pouvez la trouver en petite quantité dans l’alimentation, mais elle s’acquiert surtout par l’exposition au soleil (primordiale).

      Bonne continuation et n’hésitez pas à poster votre évolution :-)

      Geoffrey

  29. Elise dit :

    Bonjour,
    Juste un petit témoignage sur le lait : j’ai souffert pendant plusieurs années de déséquilibres hormonaux qui se manifestaient (entre autres) par un syndrome prémenstruel très marqué. Ce n’était pas la fin du monde mais c’était quand même très désagréable. J’ai supprimé le lait de mon alimentation et j’ai pas mal diminué la viande aussi, je voulais juste essayer pour voir si ça changeait quelque chose. Surprise, ça a très rapidement éradiqué mes problèmes ! J’attribue cette amélioration à mon changement d’alimentation car je n’ai rien changé d’autre à cette période là. J’ai sûrement une prédisposition aux problèmes hormonaux, ce n’est pas le lait qui les a causés, mais ce qui est sûr c’est que ça accentuait mes symptômes. Je ne suis pas médecin donc j’espère que je n’ai pas dit trop de choses inexactes, je souhaitais juste partager cette expérience.

  30. nathalie dit :

    J’ai 34 ans et fait 3 mois que j’ai arrêté de boire du lait le matin.
    Résultat : plus de demangeaison de la tête et cheveux mo8ns gras (dermatologue vue pendant des mois et des mois qui me disait que j’avais une dermite sebborheique )
    Plus de rougeurs ni démangeaisons au visage (j’avais soi disant une couperose… j’ai testé toutes les crèmes de la pharmacie rien n’y a fait.
    Plus d’asthme ( d’apres l’allergologue j’étais allergique aux acariens ça ne pouvait être que ça…)
    Et en prime j’ai perdu pour l’instant 6kg (ce n’était pas le but recherché mais bon ça fait quand meme plaisir !

Laisser un commentaire

Notifiez-moi des commentaires à venir via email.
Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.