web 2.0

L’Echinacea: l’alliée contre le froid

L'EchinacéeIl est important de renforcer ses défenses naturelles sans se bourrer de médicaments, et cela est encore plus vrai avant l’hiver.

L’Echinacea est là pour ça !

Originaire d’Amérique du Nord, l’Echinacée se reconnait à ses fleurs roses semblables aux marguerites. Si les Amérindiens s’en servaient pour désinfecter et lutter contre le venin du serpent, des études scientifiques récentes ont montré que cette plante précieuse permet aussi de stimuler les défenses immunitaires de l’organisme. C’est la totalité de la racine qui est utilisée en phytothérapie sous forme de gouttes, capsules, sirop, ou ampoules. C’est généralement Echninacea angustifilia qui est utilisé pour ces préparations mais les deux espèces voisines Echinacea purpurea et Echinacea pallida peuvent être également utilisées.

L’Echinacée est la plante adaptogène vedette de la pharmacopée américaine, équivalente du Ginseng pour les Chinois.

De nombreuses études médicales effectuées aux Etats-Unis sont venues confirmer les propriétés traditionnelles dans la lutte contre l’inflamation et l’infection.

Cette plante favorise puissamment la cicatrisation des plaies et permet de soigner efficacement les peaux infectées (furoncles, abcès, herpès, éruptions cutanées, mycoses…).  Il est possible d’appliquer sur les surfaces atteintes une préparation semi-solide (crème ou onguent) renfermant 15 % de jus des parties aériennes d’Echinacea purpurea.

Ses propriétés anti-inflammatoires, cicatrisantes, et antiseptiques sont reconnues scientifiquement grâce à ses polysaccharides et à un dérivé caféique, l’Echinacocide.

Il est également reconnu que l’Echinacée aide le corps à se débarrasser des infections microbiennes et virales (cystite, laryngite, sinusite, gingivite, bronchite…).

Il n’est bien sûr pas souhaitable de maintenir le système immunitaire en état de combat toute l’année sous peine de l’affaiblir. En revanche, il est tout à fait approprié de prendre de l’échinacée en prévention, une fois de temps en temps et sur de courtes périodes, en période de « gouttes au nez » ou d’épidémie de rhume dans votre entourage !

Comment utiliser l’Echinacée ?

Il est préférable de prendre l’échinacée en extrait liquide ou en capsule mais il existe de nombreuses manières de s’en servir:

Voici différentes manières d’utiliser les bienfaits de l’Echinacée.

  • Infusion. Faire infuser 1 g de racines ou de parties aériennes séchées d’Echinacée dans 1 tasse d’eau bouillante pendant 10 minutes et boire de 1 à 6 tasses par jour.
  • Décoction. Faire bouillir 1 g de racines d’Echinacée dans 1 tasse d’eau bouillante pendant 5 à 10 minutes. Prendre jusqu’à 3 tasses par jour.
  • Capsules. Pour les capsules ne renfermant que de la poudre de racines ou de parties aériennes, il est recommandé de prendre l’équivalent de 1 g, 3 fois par jour.
  • Extraits solides normalisés. Les capsules ou comprimés d’Echinacée ont tous des concentration différentes. Prendre l’équivalent de 1 g d’Echinacée, 3 fois par jour.
  • Teinture (1:5). Prendre de 3 ml à 4 ml, 3 fois par jour. Garder en bouche quelques secondes avant d’avaler.
  • Jus frais ou stabilisé. (parties aériennes d’Echinacée purpurea). Prendre de 1,5 ml à 3 ml, 3 fois par jour.

Les allergies à l’Echinacée

Les personnes qui sont allergiques aux plantes apparentées à la famille de la marguerite, notamment l’herbe à poux, les chrysanthèmes, les soucis et les pâquerettes, courent un plus grand risque d’avoir des réactions allergiques à l’Echinacée. Les personnes atteintes d’asthme ou d’atopie (une prédisposition héréditaire aux réactions allergiques) seraient également plus susceptibles d’avoir une réaction allergique lorsqu’elles utilisent l’Echinacée.

Les preuves scientifiques de l’efficacité thérapeutique de l’Echinacea

Au niveau scientifique, une étude publiée en 2007 a conclu qu’un traitement à l’échinacée permet de réduire en moyenne de 1,4 jour la période durant laquelle les symptômes se manifestent. Elle conclue également que l’intensité des différents symptômes a été diminué.

Linde K, Barrett B, et al. Echinacea for preventing and treating the common cold. Cochrane Database Syst Rev. 2006 Jan 25;(1):CD000530.

Shah SA, Sander S, et al. Evaluation of echinacea for the prevention and treatment of the common cold: a meta-analysis. Lancet Infect Dis. 2007 Jul;7(7):473-80.

Avez-vous déjà utilisé l’Echinacea ? Laissez un commentaire ci-dessous pour me dire ce que vous en pensez.


Ces articles devraient également vous intérésser:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *